MAR

MAR

29 maio, 2011

um poema de Al Berto



Achéron




il s'est saigné à la source des rêves
voilà pourquoi il ferme les yeux et voit
comment le désir a fini - il voit l'argent sale
enveloppant les amants
au milieu de soies scintillantes de miroirs et de feux
où le murmure des heures se perd
dans la liane fatale de la passion


il voit
comment l'un protège l'autre - les deux à la recherche
d'une semence propre et
aucun mot ne sera ajourné ou dit comme avant


il voit 
combien la terre est un velours qui coule de la bouche
vers la bouche - triste nectar empoisonné
contre les lèvres qui quittent la maison
des sentiments
des amis
des choses insignifiantes et
la rue qu'ils ne reverront plus


isolés des autres
passant la nuit dans la torpeur avide des rivières ils avancent
couchés au fond de la barque pesante - éthérés
ils entrent lentement dans la ville détruite
dans la fissure de ce temps pestiféré
qui ne leur appartient déjà plus

Sem comentários: